Casus Belli
Bonjour, bienvenu sur Casus Belli.
Pour connaître rapidement le forum, cliquez sur le Guide de Jeu.
Si vous avez des questions, n'hésitez pas à les poser dans la partie Contact, vous pouvez y poster sans être inscrit sur le forum.
Au plaisir.


Partagez|
avatar
Messages : 321
Date d'inscription : 07/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: La Pagagne Ven 27 Juil - 14:29

La Pagagne est la région centrale de la Basse Lande.
C'est une vaste plaine avec peu de relief ou de massifs forestiers. Abreuvées par le fleuve de la Combe et bénéficiant d'un grand ensoleillement toute l'année. Avec des hivers et des étés plutôt doux, la Pagagne offre un contexte idéal pour l'agriculture.

C'est une région stratégique : La Pagagne est le grenier à blé du Royaume et fournit une grande partie des céréales consommées sur l'Ile, notamment des 200 000 habitants de la capitale qui mourraient de faim sans les grains paganais. Ainsi, lorsqu'un conflit ou une catastrophe éclate dans la région, mettant à mal les récoltes de l'année, c'est l'ensemble du Royaume qui en pâtit.
De plus, par sa position stratégique au centre du Royaume, la Pagagne est un carrefour voyant passer de nombreux voyageurs, principalement des marchands désireux de rejoindre Castelion pour y écouler leur stock, le plus grand marché des Landes. La région possède un important réseau routier, entretenu par le pouvoir royal, avec notamment la Drève, la grand route qui parcourt la Pagagne d'Est en Ouest, une allée entourée d'arbres bordée tous les 15km de relais avec ravitaillement et chevaux frais que les porteurs d'un sauf-conduit royal peuvent utiliser gratuitement.

La Pagagne a été presque entièrement aménagée par l'Homme depuis plusieurs siècles. La plupart des marécages sont asségés et le défrichement a fait disparaître les forêts. Les rives de la Combe sont consolidées et ses crues contrôlées par des systèmes de bassins artificiels.
Le paysage de la région est très marqué par l'agriculture, quadrillé de champ à perte de vue, de blé, d'orge, de froment, de seigle ou d'avoine, séparés de fossés, de haies ou de talus, et percés de quelques fermes, de hameaux et de petits villages aux maisons de bois et aux toits d'ardoises De nombreux moulins aux larges pales sont visibles le long des routes et broient les grains pour en faire de la farine. Sur les rives de la Combe, ils sont remplacés par des moulins à eau aux roues immenses. Ci et là, il reste quelques futaie épargnés par l'activité humaine, vestiges des anciennes forêts. On y trouve aussi des éleveurs qui font paître leurs troupeaux de bovins et d'ovins sur les champs en jachère.
Les terres les plus fertiles sont dans les prairies humides, dans la vallée creusée par la Combe et dans les dépressions riches en dépôts de sédiments. Les régions cotières sont fait de marécages et d'estrans, de près salés et de roselières, peu propices à l'agriculture.

Les villes et villages de la Pagagne bénéficient de l'aura de la capitale. Plusieurs grands princes habitants Castelion possèdent des manoirs dans leur domaine de vilégiature qui leurs permet de s'éloigner de la cohue de la capitale sans en être totalement écartés.
Protégés par la loi royale et la bienveillance du monarque, il existe en Pagagne de nombreux alleux exploités par des paysans libres, mais plusieurs grands propriétaires terriens, notamment de Castelion, disposent d'importants domaines.

La Combe
La Combe est le principale fleuve des Landes, par sa longueur et sa navigation
Elle prend sa source dans les montagnes de la Crête en Cahogne et possède comme principale affluent l'Ivre. Elle parcourt 540km, en arrosant les villes d'Argentière, de Douves, de Gravennes et de Castelion, en creusant à son passage une vallée fertile appelée vallée de la Combienne.
Le fleuve est particulièrement vitale pour la capitale, constuite à son embouchure, d'où descendent les grains, le vin, le bois de chauffage, le minerai d'argent et de fer.

De tout son long, la Combe n'est franchissable que par 6 ponts et sa traversée se fait surtout par bacs. Elle est bordée de moulins à eau et de tours chargées autrefois de surveiller les envahisseurs, lorsque les pirates remontaient le cour du fleuve pour piller, mais cantonnées aujourd'hui à faire payer les taxes de passage aux marchands.
Le fleuve est habité par des truites, des saumons, des anguilles ou encore des esturgeons.

La Combe est connue pour son phénomène de vague qui remonte son cours, appelé mascarets.
Il se produit à son cours inférieur lors des grandes marées, formant un spectacle naturel apprécié des  paysans du coin et des voyageurs, mais non dénué de danger, pour les spectatures le long des berges, mais surtout pour les bateaux non prévus pour affronter les vagues, provoquant chavirages et échouages.


Douves

Douves est la plus grande ville de Pagagne (sans compter Castelion), capitale du comté du même nom. Elle est construite à la jonction de la Combe et de l'Ivre, un carrefour commercial important ce qui en fait le principal port fluvial de la région.

Douves s'est formée anarchiquement autour d'un château qui reste à ce jour le point central de la ville d'où partent des ruelles sombres et boueuses à cheval entre les rives du fleuve et les îlots. Les maisons, pas plus hautes qu'un étage, sont faites d'une charpente de bois et de terres crues, surmontées d'un toit de chaume ou d'ardoise. L'anarchisme de son plan est renforcé par son architecture aux influences diverses. On retrouve côte à côte des maisons de style Cahon, Lucien ou Paganais.
Douves est connue par son académie de médecine qui forme d'excellents médecins.

Gravennes
Depuis sa conquête par le Roi Hubert, Gravennes est surnommée la "seconde ville du Roi", la première étant Castelion.
C'est un peu une seconde capitale pour le Royaume, dans le sens où le Roi y a ses résidences de campagne, comme pour beaucoup d'autres grands nobles, et que certaines séances du conseil peuvent s'y tenir.
Point central au milieu de la Pagange, Gravennes est une tête de pont dans la région pour la capitale, une extension naturelle, sorte de vestibule, un relai où se trouvent ses greniers et ses entrepôts.
Son économie est presque entièrement tournée à cette fonction : on y trouve beaucoup de tavernes toujours bondées, des auberges souvent complètes, et de nombreuses écuries pour accueillir les montures des voyageurs.
Toujours grouillante de monde, la ville n'a pourtant pas beaucoup d'habitant à l'année, la plupart étant juste de passage. La majorité sont des étrangers, provenant des autres provinces du Royaume ou du continent. Les voyageurs de passage donnent une ambiance particulière à la cité, on y entend de multiples accents, dialectes, et langues différentes, et on y voit toutes sortes de costumes. La nuit est toujours très animée et les autorités peine à maintenir l'ordre.
Ce passage incessant profite aux artisans de la ville qui peuvent vendre leur produits aux voyageurs, et attire les troubadours de la région qui viennent divertir la foule de pèlerins.

Depuis 1141, le Roi a accordé à la ville une charte de franchise qui la rend autonome. Le pouvoir communal s'est centré autour de plusieurs grandes familles de patriciens qui exercent tour à tour le rôle d'Echevin, le chef de la cité qui préside aux séances de l'assemblée civile.


La Pagagne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Casus Belli :: Administration :: A d m i n i s t r a t i o n :: Encyclopédie :: Le temporel :: Royaume des Landes :: Régions des Landes-