Partagez|
avatar
Messages : 327
Date d'inscription : 07/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: La Lucie Sam 30 Juin - 22:16

La Lucie est une péninsule située à l'extrémité Sud des Landes. C'est l'une des régions les plus riches et urbanisées du Royaume.
Elle se divise en deux zones géographiques : la Petite Lucie à l'Ouest et la Grande Lucie à l'Est.
La région est traversée par l’Échine, un massif ancien fait de sommets arrondis aux pentes douces, de faible altitude mais culminant tout de même à 1 300m par la présence du mont Sidéré, dernier vestige de l'activité volcanique qui dessina le relief de la Lucie aux siècles passés.

La Lucie est une région bien maîtrisée par l'Homme, avec de nombreuses villes reliées entre elles par un important réseau routier bien entretenu. Les côtes, faites de plages de sable et de baies naturelles permettant l'accostage sont bien aménagées : les marécages ont été asséchés pour permettre l'agriculture, provoquant l'exode de la population des montagnes vers les côtes.
Les plaines aux pieds des montagnes, très fertiles grâce à la présence de nombreux petits cours d'eau, sont recouvertes de champ à perte de vu. Seuls les zones montagneuses restent peu habitées.
La Lucie, bien que très fertile, produit peu de grains car la majorité de ses sols sont occupés par des cultures de lin et de coton qui alimentent en partie l'importante industrie textile de la région.
On y trouve aussi quelques vignes et des champs de plantes tinctoriales et décoratives, ainsi que des épices, cultures rendues possible par la clémence du climat qu'on ne retrouve pas ailleurs dans le Royaume.
Surtout, la Lucie est caractérisée par la culture de l'olive. On dit que "là où s'arrête l'olive s'arrête la Lucie" : l'oliveraie marque une frontière naturelle qui délimite la région. C'est le seul pays du royaume où l'on consomme majoritairement de l'huile plutôt que du beurre ou du saindoux. Outre l'olive, on cultive aussi beaucoup d'agrumes (oranges, bergamotes, citrons) et le palmier-dattier.
La production agricole est basée sur de grandes propriétés aux mains de l'aristocratie lucienne et gérées par des intendants, qui écrasent les petites exploitations des paysans libres. Circonscrit autour d'une grande ferme spécialisée dans une culture, ces exploitations reposent sur une équipe de serfs offrant une main d'oeuvre abondante et très bon marché, permettant de faire plus de profit avec moins de rendement qu'une petite ferme classique.

La Lucie est le pays le plus chaud du Royaume des Landes. Les étés sont longs et secs, la sécheresse estivale pouvant atteindre 5 mois par an, et les hivers doux et rapides. L'intérieur du pays, montagneux, bénéficient d'un climat plus doux. Les températures varient de 5°C en hiver à 35°C en été. Les précipitations y sont rares, mais l'été de violents orages peuvent éclater et durer de deux à trois jours. Des épisodes de sirocco, vent chaud et sec chargé de poussière du désert de l'Estangal, peuvent provoquer des canicules et faire grimper les températures au delà des 40°C pendant plusieurs jours. Vers le printemps, les vent violents vont jusqu'à colorer en jaune la neige des montagnes de L'Echine, et accélèrer sa fonte, ce qui peut provoquer des inondations. Le sirocco peut même entraîner avec lui des criquets qui ravagent les cultures de la région.
La Lucie, espace très marqué par la présence humaine, possède une faune inoffensive habitué à ses voisins bipèdes depuis des siècles. Le loup y a quasiment disparu, tout comme l'ours des montagnes. On y trouve des loirs, des fouines, des renards, des lapins de garenne et des lièvres, des geckos, plusieurs espèces d'oiseaux, de lézards, de serpents inoffensifs et de papillons.

Le mont Sidéré
Situé au centre de l'Echine, le mont Sidéré est le dernier volcan actif du Royaume, culminant à plus de 1 300m d'altitude.
Son cratère a une profondeur de 300m pour un diamètre de 400m. Il possède une caldeira en forme de fer à cheval, issue de la destruction d'un ancien dôme volcanique et occupé aujourd'hui par une nouveau sommet plus récent.

Le volcan est toujours en activité. Des secousses se font souvent sentir dans toute la région et des fumerolles sortent régulièrement de terre. Les dernières coulées de lave sont d'ailleurs encore bien visibles, la dernière éruption du volcan ayant eut lieu en 1175, alors en pleine épidémie de Fléau, ce qui se renforça la superstition des plus crédules qui y voyaient l'arrivée de la fin du monde.

Malgré la dangerosité des lieux, les alentours du volcan sont très habités. Grâce à la richesse de son sol qui rend sa terre très fertile, le mont permet une agriculture intensive, notamment des fruits. Les vignes du mont Sidéré donnent un vin très réputé. Aussi, la capitale du Duché de Lucie, Saint-Clair, n'est située qu'à 40km du volcan.
Les habitants n'ont pas peur de vivre sous la menace volcanique car ils ont prit leur précaution. Le Temple Sidéré, situé à Saint-Clair, est chargé par l'intermédiaire de ses moines de prier Dieu pour protéger les luciens des éruptions du Volcan. Chaque jour, des messes sont données en l'honneur du mont Sidéré et appellent à la bienveillance du Paraclet.

Le mont Sidéré occupe aussi une grande place dans la culture mythique.
Il aurait engloutis sous la cendre la ville légendaire de Orh, après avoir été réveillé par Dieu pour punir les méchants. Les Dwyms, qui l'appelaient Mòrmynydd, faisaient de la bouche du volcan la forge d'un de leur dieu métallurgiste qui y aurait fabriquer les armes divines. Ce mythe perdure dans quelques expressions, notamment dans l'acier sidéré, réputé pour être l'un des meilleurs du monde.

Le carnaval de Saint-Clair
Le carnaval de Saint-Clair est la principale attraction du pays, attirant une fois par an des milliers de personnes qui se retrouvent dans les rues bondées de la ville. La fête se tient lors de la première décade du mois de Séquobre (Avril).
Elle a pour but d'affirmer par ses spectacles grandioses la puissance du Duché et de sa capitale, et d'abolir pendant 10 jours les rapports sociaux grâce aux masques rendant anonyme. Ainsi pendant toute la période du carnaval, il n'y a plus de riches ni de pauvres, plus de femmes ni d'hommes, plus de nobles ni de roturiers.

La ville et ses habitants se parent de multiple couleurs ; on s'habille de costumes décorés de broderies, de perles et de plumes, et on porte des masques de différentes formes. Le "bahute" est le masque le plus courant, il ne recouvre pas la bouche ce qui permet de boire et manger.
Les fenêtres des maisons sont colorées, entre les toits ont accroches des fanions et des guirlandes, dans les rues, on allume des centaines de bougies disposées sur le sol.

Le carnaval donne lieu à divers jeux publics, comme la chasse aux porcs ou les pyramides humaines ; ainsi qu'à plusieurs rites traditionnels, comme le sacrifice des bœufs et de moutons le dernier jour du carnaval ou le mariage du Duc avec la mer, une cérémonie où le Duc en personne lance dans les eaux un anneau d'or pour affirmer sa domination sur la mer.
Jour et nuit, les rues sont en fêtes, avec leurs jongleurs, acrobates, musiciens et danseurs. Au fil des jours, la ville s'égaye de défilés en costumes, de parades nautiques, de lâchés de colombes, et de procession de chanoines, qui sortent pour l'occasion les reliques sacrées de la cathédrale.
A la fin du carnaval, on élit la plus belle femme de la cité, à qui on décerne le titre de "Dame".

Le carnaval est aussi l'occasion de mener des actes répréhensibles en toute impunité grâce à l'anonymat qu'offrent les masques.
Il permet de transgresser les lois et les mœurs : les hommes, habillés en femme, en profitent pour visiter les lieux réservés à ces dernières, quant aux bandits, masqués ils ont tout le loisir de commettre leurs crimes.


Saint-Clair

Saint-Clair est la capitale du duché de Lucie. C'est la deuxième ville du Royaume après Castelion, connue notamment pour son importante industrie textile dont elle tire une grande partie de sa puissance.
A travers elle s'illustre l'influence valentine sur la Lucie, via son architecture avec ses maisons de briques ocres aux toits de tuiles orangées montées sur deux ou trois étages, ses grandes artères, ses arches, ses obélisques, ses cours intérieures, ses jardins publics et ses fontaines dans lesquelles s'exprime tout l'art de l'ornementation lyrique à la valentine, inspiré par le fantastique et le merveilleux de l'Hyperponant.
Saint-Clair est une ville propre, aux rues pavées et entièrement raccordée à un système de traitement des eaux usées. Il y fait plutôt bon vivre, en raison de la clémence de son climat et de sa richesse qui transparaît par les nombreux manoirs urbains et les monuments publics financés par les fonds privés des riches habitants de la cité.
Toutefois, sous ses apparences de propreté, Saint-Clair cache un grave problème de pollution causé par son industrie textile, dû en partie à l'activité des teinturiers qui rejettent les déchets de leur travail dans les eaux de la ville. Ainsi, le bassin bleu doit son nom à sa couleur qui n'a rien de naturel. De plus, malgré la richesse ambiante, la pauvreté n'est pas exclue, la ville grouille de marginaux , de mendiants, de prostituées et de voleurs, expulsés des grands rues par la garde ducale qui les relègue aux quartiers pauvres de la ville.
Ainsi, Saint-Clair passe pour artificielle et hypocrite, en dissimulant son mal être sous la fortune d'une minorité privilégiée. Elle a la réputation d'être la ville du faux et du paraître.

Le quartier des teinturiers est le quartier le plus important et le plus peuplé de la ville, avec ses immeubles pouvant atteindre 5 étages. Il regroupe l'activité drapante, tout dédié à la confection du tissu et à sa vente à travers la grande halle aux draps où se tient pendant 4 mois par an la grande foire. Ce quartier est le plus reconnaissable de la ville, avec ses étendues de draps aux multiples couleurs séchant au soleil, et ses grandes cuves à ciel ouvert creusés dans le sol, certaines remplis d'eau bouillis et de plantes tinctoriales, d'autres contenant un mordant, comme de  l'alun, du vinaigre ou même de l'urine. Les bassins dégagent une forte odeur, désagréable pour les étrangers mais caractéristique du quartier, qui certains jour de vent se répand dans toute la ville.
Saint-Clair est aussi une importante ville portuaire, qui draine l'essentiel du trafic maritime du Continent, à travers les ports de la Valentine qui y débarquent chaque jour par l'intermédiaire d'énorme navires, les voyageurs du monde et les luxueuses denrées de l'Hyperponant comme les épices, la soie et l'opium. Ce sont ses immenses quais pouvant accueillir des centaines de bateaux par jour qui permettent à la ville d'exporter son tissu et d'y recevoir les précieuses cargaisons de laine.
Très proche par sa culture, son architecture et son climat, mais surtout par la distance, Saint-Clair est un morceau de Valentine dans les Landes. Pour cela, la ville est très appréciée des marchands Valentins, qui constituent une très importante minorité dans la cité qui contribue grandement à la prospérité de son économie par leurs activités commerciale et banquière.
Ils habitent principalement l'Orangeraie, un quartier principalement marchand, où ils tiennent la majorité des ateliers et des boutiques. Ce quartier doit sont nom à ses anciennes plantations d'orangers dont ne restent que quelques jardins privés à l'abri des cours des manoirs urbains.
C'est aussi le lieu de la cathédrale de Saint-Clair, le monument le plus connu et majestueux de la ville. Construite dans le style valentin, avec ses dômes et son campanile, la tour Saint-Luce, l'édifice renferme le tombeau de plusieurs saints prédicateurs et est l'objet d'un pèlerinage important. A l'occasion du carnaval, les chanoines en sortent les précieuses reliques.

Saint-Clair, centre politique du duché de Lucie, est aussi la résidence principale du Duc et le siège du gouvernement.
On y trouve le palais des Rivienne, la famille régnante depuis des siècles du la Lucie, un magnifique bâtiment égalant presque la beauté de la cathédrale et dont la grande tour rivalise avec le campanile de l'église de l'évêque. La palais ressemble aux manoirs valentins, avec sa cour intérieure et ses balcons, mais son rez de chaussée ressemble plus à un château fortifié.


La Lucie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Les chatons de Lucie :)
» « A vrai dire ... Elle ne sait pas » [Maelys Adhémar PV Lucie Carera]
» « Petit Piment qui enflamme les coeurs.» [PV Salieri Antonio & Lucie Carera]
» je suis lucie ou plUTOT CERIZ ET JE CHERCHE DES CONTACT MSN
» Lucie Frot ϟ Une vraie boule d'énergie [terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Casus Belli :: RP :: La Lucie-