Casus Belli
Bonjour, bienvenu sur Casus Belli.
Pour connaître rapidement le forum, cliquez sur le Guide de Jeu.
Si vous avez des questions, n'hésitez pas à les poser dans la partie Contact, vous pouvez y poster sans être inscrit sur le forum.
Au plaisir.

Partagez|
avatar
Messages : 208
Date d'inscription : 07/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Géographie humaine Lun 23 Avr - 13:31
Géographie humaine

La population des Landes est encore très rurale : 89% de la population vit dans les campagnes à travailler la terre, regroupée parfois en petits villages, mais plus souvent dispersée en fermes et habitations formant des hameaux.
Le reste vit dans les villes. La Basse-Lande est plus urbanisée que la Haute-Lande, et compte le plus de grandes villes.
Le tout est administré par le système de la seigneurie, rassemblée autour de la principauté.
Bien que le Roi soit le suzerain de tous, le pays reste subdivisé en plusieurs principautés rivales, et le monarque n'est finalement qu'un prince parmi d'autre. En quelques sortes, le Royaume est une confédération où les princes reconnaissent pour suzerain le Roi des Landes.

Les grandes principautés
Le domaine royal
La principauté que forme les terres appartenant directement au Roi est appelée domaine royale.
Jusqu'en 1178, le domaine royal était double, hériter des deux dynasties des Léonides au Sud et des Plantigrades au Nord. Mais l'issue de la Guerre Civile obligea le Roi à céder ses terres aux Nord en apanage* à son frère cadet, ce qui affaibli considérablement le domaine.
S'il n'est pas grand, s'étendant de Castelion à Gravennes sur une fine bande de terre le long de la Combe, le domaine royal est extrêmement bien administré grâce à un réseau de baillis encadrant les prévôts qui supervisent les paysans.

Le Duché de Lucie
Le Duché de Lucie est la plus grande principauté du Royaume, dirigée par la Maison de Rivienne.
Elle serait la plus riche et la plus puissante si les Ducs parvenaient à unifier les Barons autour de leur pouvoir, or le Duché transverse une phase de crise depuis la fin de la Guerre Civile : la guerre a divisé les châtelains du Duché et encore aujourd'hui cette division est vivace.
Les Ducs ayant apporté leur soutient aux rebelles face au Roi, se sont aliénés leurs vassaux restés fidèles. La victoire des rebelles a provoqué un véritable schisme au sein du Duché et plusieurs barons, comme le Vicomte d'Estaing et le comte de Rieux ont refusé de prêter allégeance.
Le Duché est donc au bord du chaos et l'autorité des Rivienne remit en question.

Le Duché de Cahogne
La Maison de Guivres, les ducs historiques de la Cahogne, voit depuis quelques années la montée en puissance d'une dynastie rivale, les Douves, devenus comtes de Méridargue par un mariage astucieux.
Cette rivalité, a plongé la Cahogne dans une série d'intrigue politique mettant à mal la stabilité de la région. Les Guivres et les Douves passent leur temps à corrompre les seigneurs châtelains qui passent d'une allégeance à une autre au grès de la conjoncture. Le conflit lattant pourrait très bien dégénérer en guerre ouverte si les deux dynasties rivales ne trouvaient pas de terrain d'entente...

Les Comtés de Pagagne
La Pagagne a toujours été divisée politiquement, séparée entre plusieurs seigneurs châtelains, notamment les Comtes de Chambois et de Douves.
Ravagée pendant la Guerre Civile, le blé à recommencé à pousser et la prospérité est peu à peu revenu.
Les Comtés de Pagagne bénéficient de la proximité du pouvoir royale qui assure un bon arbitrage entre les lignages nobles, sauvegardant ainsi la paix dans cette région.

Le Comté de la Marche-Franche
Depuis la Guerre Civile la Marche-Franche est une zone de chaos où l'autorité du Comte n'a d'effet que sur les alentours de Belfort.
La fin de la guerre a provoqué le licenciement des troupes de mercenaires qui se sont retrouvés au chômage du jour au lendemain. Habitués à vivre de la guerre, ne sachant faire que ça pour certains, les mercenaires se sont réunis en compagnie de routiers pour piller la région, rançonner les habitants et s'emparer des châteaux.
? ans après la fin de la guerre, la paix n'est toujours pas revenu et dans la Marche-Franche ces bandes armée ont usurpé les pouvoirs du Comte, incapable de ramener l'ordre.
La Compagnie Noire, l'une des plus féroces, est parvenu à ses tailler une véritable principauté qui rivalise sérieusement avec celle du Comte.
Pour combien de temps encore cette situation chaotique va t-elle durer ?

Le Duché de ???
Donné en apanage en 1178 à la fin de la Guerre Civile, la dynastie des ??, branche cadette des Léo-Plantigrades, a bien du mal à s'y implanter. Une partie des Barons rejette la Grande Charte et reste fidèle au Roi des Landes, refusant de prêter l'hommage au Duc qu'ils jugent illégitime.
Le Duché est donc en proie à un chaos qui risque de basculer en révolution contre l'autorité ducale.

Les territoires du Nord
Du Pays-Plat à la Lochanie, le Nord est rongés par l'hérésie et la dissidence.
De plus en plus, les schismatiques prennent de l'ampleur et on raconte déjà que plusieurs barons se seraient convertis à l'hérésie. Si l'autorité religieuse du Primat est remise en cause, celle du Roi l'est tout autant. Depuis la Guerre Civile, des nationalistes Hautlandais rêvent de revoir apparaître un Royaume de Haute Lande indépendant du Sud.

Principales villes
Le Royaume des Landes comprend 16 villes de plus de 20 000 habitants, dont la capitale Castelion, la seule à dépasser les 100 000 âmes, ce qui en fait l'une des villes les plus peuplées du monde.

Saint-Clair
Saint-Clair est la seconde ville du Pays. C'est la capitale de la Lucie, région la plus riche et la plus prospère du Royaume. Elle tire la majorité de sa puissance économique de son importante industrie textile, si bien que toute la ville semble dédiée au travail du tissu. Tout un quartier de la cité, appelé quartier des teinturiers, s'affaire à la confection de draps et de vêtements de très bonne qualité.
Saint-Clair est une ville d'apparence propre, avec ses rues pavées et ses maisons blanches aux toits de tuiles rouges, illustrée par sa magnifique cathédrale. Mais elle cache une grande pollution dû à l'activité des teinturiers qui rejettent les déchets de leur travail dans les eaux de la ville. Ainsi, le bassin bleue doit son nom à sa couleur qui n'a rien de naturel.
Saint-Clair est aussi une grande cité portuaire. Ses quais accueillent d'énormes bateaux marchands qui apportent chaque jour marchandises et voyageurs du continent.
Avec Rieux et Loroyant, Saint-Clair forme la ligue des villes drapantes.

Argentière
C'est le commerce de l'argent qui lui a donné son nom. Construite sur la rive gauche de la Combe, à mi chemin entre les mines de la Crête et la capitale, Argentière est un important marché argentifère, et la cité a fondé toute sa richesse sur ce commerce.
Elle est connue pour ses ruelles labyrinthiques, ses pavés gris et ses toits de tuiles noires, lui donnant un aspect un peu austère.

Les villes de Pagagne
Les trois grandes villes de la Pagagne, Douves, Chambois et Gravennes, présentent toutes trois le même aspect.
Douves et Gravennes sont construites sur les rives de la Combe, la première sur la rive droite, la seconde sur la rive gauche ; Chambois est située au milieu des grandes plaines.
On les surnomme les "greniers à grains", car dans ses 3 villes se déroule toute l'année (4 mois dans chacune) la grande Foire aux grains où des marchands de tous le pays viennent s'échanger les denrées alimentaires. On y trouve le blé produit dans la région, mais aussi le vin de Cahogne, les dattes et oranges de Lucie, le sel du Pays-Plat, et surtout, les précieuses épices de l'étranger.

Les villes de la Pagagne bénéficient de l'aura de la capitale. Plusieurs grands princes y possèdent des manoirs qui les éloignent de la cohue de la capitale sans en être totalement écartés.
Elles ont une architecture similaire, construites anarchiquement autour d'un point central (un château pour Gravennes, un monastère pour Douves et le grand marché pour Chambois) leurs ruelles sont des dédales boueux et sombres. Les maisons, pas plus hautes qu'un étage, sont faites d'une charpente de bois et de terres crues, surmontées d'un toit de chaume ou d'ardoise.
Ces villes, carrefour entre la capitale et les provinces, possèdent toutes plusieurs tavernes et auberges toujours bondés, et les voyageurs de passage donnent une ambiance particulière à la cité. La nuit est toujours très animée et les autorités peine à maintenir l'ordre.

Belfort
Située dans la Marche-Franche, Belfort était autrefois toute dédiée à la défense de la frontière, mais l'unification lui retira cette fonction. La ville est connue pour son imposant système défensif, avec ses hautes murailles très épaisses et sa citadelle réputée imprenable dont le donjon, dépassant le clocher de la cathédrale, est visible à des kilomètres.
Toute la ville est encore marquée par son ancienne fonction militaire et peu de place est laissée à la beauté architecturale. Même les édifices religieux, comme la Sainte-Chapelle, ressemblent à des forteresses. A Belfort, on ne construit pas pour faire beau, mais pour être utile ; et cette philosophie a beaucoup marqué les habitants, réputées pour être les moins raffinés de l'Île et les plus fermés à la poésie.
Belfort doit sa prospérité par sa position géographique qui la place au carrefour des deux anciens royaumes, c'est le lieu de passage entre le Nord et le Sud. L'apparence de la ville s'en ressent, elle fusionne les influences de la Haute et la Basse Lande. Aussi, et surtout, la ville est traversée par le canal de ???, qui rejoint le Golfe de ?? à celui des Deux-Rois. Les taxes issues de l'utilisation du canal forment la majorité des revenus de la prévôté.

Druillet et Vaucouleur
Druillet et Vaucouleur sont les deux grandes villes du Pays-Plat, construites sur les rives de la Bistre.
Druillet est une grande ville commerciale connue pour ses marais salants. Elle approvisionne le Nord des marchandises étrangères et évacue vers d'autres contrées la production locale, comme le sel, le bois et le cuir.
Elle possède un grand marché et une foire au sel s'y déroule 3 mois par an.

Vaucouleur, située  est striée de canaux qui remplacent les rues ; il est ainsi plus facile de se déplacer en barque qu'à cheval. Les murailles encerclent un paysage de marécage où résonne le croassement des grenouilles ; la ville est constamment embaumée d'une odeur fétide et ses rues sont recouvertes de planches de bois pour éviter de marcher dans la boue. Un grand bac permet de traverser la Bistre au niveau de Vaucouleur.

Beaulieu-du-Lac
Beaulieu-du-Lac est le joyaux du Nord, construite sur les bords du Lac-Majeur. Contractant avec l'aspect rugueux des cités nordiques, Beaulieu est une ville magnifique et prospère.
Les ferratiers, les marchands du fer, ont permit à la ville de s'épanouir, ce qui s'illustre par la splendeur de ses bâtiments publics, comme la chambre des monnaies, le palais du Prévôt ou le tribunal de commerce, et de ses bâtiments religieux, notamment la Cathédrale saint-Agnès et le prieuré Cramoisi qui bénéficient d'importantes donations. Cette particularité en a fait une sorte d'enclave, les habitants sont fiers de leur ville et estiment qu'elle leur appartient. Ainsi, Beaulieu est l'un des foyers de l'hérésie schismatique que l'évêque de la cité tente de combattre.

Trijumeau
Trijumeau est l'ancienne capitale de la Haute-Lande. Délaissée par les Rois Léo-Plantigrade préférant le Sud, la ville a nettement perdu de son aura.
C'est une ville froide et humide, aux rues boueuses jonchées d'immondices. Le ciel y parait constamment gris, prêt à exploser. Elle est souvent balayée de vents violents qui font s'entrechoquer les bateaux sur les quais.
La cité tire de la mer sa richesse, avec un grand port de pêche et un marché où l'on trouve toutes sortes de poissons et même de la baleine. Elle accueille aussi plusieurs marchands de fourrure venant s'approvisionner auprès des chasseurs de la grande forêt du Nord.
Elle est aujourd'hui la capitale du duché de ???, et a retrouvé un peu de sa grandeur depuis la fin de la Guerre Civile grâce à l'apanage princier.

Les routes
Plusieurs routes relient les principales grandes villes entre elles et disposent tout du long d'un système de postes et de relais avec chevaux frais et ravitaillement. Pour emprunter ces routes et bénéficier des relais gratuits il faut obtenir un sauf-conduit du Roi. Les routes sont idéales pour les marchands, les coursiers et les armées qui s'y déplacent beaucoup plus rapidement ; elles constituent aussi un moyen de communication rapide, par un système de tours et de feux qui informent les villes aux alentours de l'approche de l'ennemi.

Depuis la Guerre Civile et la perte d'autorité des grands princes féodaux les routes sont infestées de vermines, de pilleurs et de bandits de grands chemins. C'est pour cela que les marchands ont une préférence pour les voies fluviales. Les grands fleuves permettent la navigation et relient naturellement les villes construites sur les rives.
Ils sont plus sûrs, plus rapides et moins fatiguant pour les voyageurs ; surtout, ils permettent le transport de charges lourdes, de pierres, d'armes de sièges et de grosses cargaisons marchandes.
Ainsi, la Combe, le fleuve de la capitale, est une voie très empruntée où se croisent d’innombrable bateaux tirés par des ânes le long des rives.
La Lucie, ne comptant pas de grand fleuve, possède un réseau routier très dense.

Le cabotage est aussi très utilisé pour se déplacer. Mais tout comme les routes terrestres, les océans sont infestés de pirates.
Géographie humaine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» SUJET TERMINE - Bombe Humaine - Caractère explosif? [Eris]
» Le Hobbit, une espèce humaine différente de l'homme moderne.
» Lassitude de la vie humaine -Terminé-
» La connerie humaine est sans limite !!!...
» Orks à la peau humaine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Casus Belli :: HRP :: A d m i n i s t r a t i o n :: Encyclopédie :: Le Royaume-